J'AI PERDU ALBERT
by Didier Van Cauwelaert

Chloe is the most famous young medium in France. She decides private matters for the world’s leaders , chooses the CEOs of big companies as well as the next trends in fashion. Having a sound reputation in the industry, Chloe is however just a “channel”: an extremely advanced spirit has chosen her ever since her childhood to convey his ideas through her. This spirit is no one else but… Albert Einstein.
​ However, the young woman gives too many consultations, she is overbooked and is in the midst of a sentimental and moral crisis. She has polluted her channel and cannot « receive » any more information. Albert Einstein has suddenly decided to…move out.
 In an airport snack, he « enters » a waiter’s body, Zac, a stubborn and depressed beekeeper who, with no real future opportunities, takes odd jobs to make ends meet and save his bees.
All of a sudden, this common man starts to know everything about everybody, hears their thoughts and sees the future…
Chloe must now face an unmanageable nightmare as her prestigious clients still rely on her. She has to try everything she can to win Albert back…

CAST

Stéphane Plaza - Zac
Julie Ferrier - Chloé
Josiane Balasko - Mme Le Couidec

SCREENPLAY

Didier Van Cauwelaert

PRODUCTION

Climax Films - Olivier Rausin

CO-PRODUCTION

Angelus Production - Virginie Visconti
Studio Canal

Director

Didier Van Cauwelaert

Didier van Cauwelaert commence à écrire à sept ans1. Dès son jeune âge, il envoie ses ouvrages à des maisons d'éditions et essuie de nombreux refus1. En 1982, alors qu'il a vingt-deux ans, son premier roman Vingt ans et des poussières est publié aux Éditions du Seuil. Ses trois romans suivants sont publiés chez cet éditeur.

Son roman Un objet en souffrance en 1991 marque son changement d'éditeur, il rejoint les Éditions Albin Michel. Malgré l'obtention de divers prix tout au long de sa carrière, on retient principalement le Prix Goncourt en 1994 pour Un aller simple.

Auteur prolifique, il a écrit plus d'une vingtaine de romans ainsi que plusieurs pièces de théâtre et spectacles musicaux.

L'auteur se qualifie de « romancier de la reconstruction1 ». Ses ouvrages pour la plupart abordent la construction de gens en difficulté, en souffrance. Il prétend aussi être le produit de ses livres et non l'inverse. Il cite pour maîtres d'écriture des figures de l'écriture, notamment Marcel Aymé et Romain Gary.

Didier van Cauwelaert a également travaillé pour le cinéma en tant que scénariste pour deux films.

En mars 2009, il est candidat à l'Académie française au fauteuil de Maurice Rheims. Les « Immortels » lui préfèrent François Weyergans. Il est de nouveau candidat à l'élection du 14 novembre 2013, déclarée blanche (aucun candidat élu faute de majorité).